Les dédales

Les dédales,

L’auréole du Sentier perdu
Parcours sans jamais se retourner
Les tristes chemins auréolés
Aux dix mille vertus parfumées.

L’ardoise de la Vie s’alourdit
Au restant des rêves à l’infini
Parcourant nos étreintes embaumées
Qui périront à l’éternité.

Tristesse du aux maux de la vie,
Elle reflète l’âme flétrie
Des êtres aux rêves magiques
Pour qui leur vie finit tragique.

L’espoir de cet Amour retrouvé
Se fixe ainsi au Cœur harnaché
Parcourant les dédales du Temps
A la recherche de cet Amant.

Basile Béranger Chaleil

le 13 Avril 2016

Basile dans Poésie.
- 114 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.