Les dix noix de kolas.

C'était  au  mois  de  juin ,
De  l'an   quatre  vingt - seize ;
Il  m ' en  souvient  bien ,
Elle  avait  soixante ,
Et  moi  trente  ans ;
Quand  ma  mère  de  crainte 
De  partir  sous  les   ans  ;
Choisit   ma  conjointe ,
Mère  de  ses  petits 
Enfants ,  qu'elle  veut  chère ,
De  la  chère   de  sa chère ,
Si   ce  n'est  la  chair 
De  la  chair  de  sa  chair .

Elle  proclamant 
Les  us   des  tropiques ,
Solennels et  mythiques ;
Des  kolas  blanches
A   tous mes  pairs ,
Par villes et brousses ,
A  tous  les  airs ,
Sont  distribuées .
Et  même  les oiseaux
Furent conviés ,
De chanter 
Pour les mariés .
Pour  ces  kolas  blanches ;
Symboles  des  us  ;
Dans  leurs coudée  franches ,
Tous  accoururent ,
En  chœurs de  venus..
Quand  nos griots  prirent ,
Le  tam-tam brûlant ,
Tous les  airs  épiques ,
Vinrent aux tropiques ,'
Pour mon  cœur ardent .
La fête  dura ,
Deux  nuits , deux jours  . même ,
Elle  perdura ,
Sous la lune pleine ,
Sous l ' ardent  soleil ;
Quand  d'un tour , ma mère ,
D'un  coeur  de  soleil 
Acclama  sa bru ;
D 'un  veni , vidi , vici .

Barrymoussa180 dans Poésie.
- 74 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.