Les écrits vins II

LES ECRITS VINS II


Les écrivains de la beat génération ne sont plus là :
Jack KEROUAC du clochard céleste est mort ici bas
Au Festin nu d’Allan GINSBERG, du meurtre de sa femme absout
Mais il a fini comme le dernier des proscrits de la littérature :
Un certain oubli le tout est un zest de ratures
D’impunité et d’intimité avec l’aiguille et son chas.


La shooteuse, agrémenté de la schnouf vous envoie
De l’autre côté du miroir : Alice où est –tu ?
On vous vend les vertus de l’abyssal canon de beauté
Zoomée et habilement placée dans un déshabillée :
On vous crack tels les virus, ça vous chauffe les narines
Comme les apprentis de la vente, on peaufine.
Le piège de cristal c’est le remède de cheval
Car quoi de mieux que de l’afghan,
Qui ayant cheminé de l’orient à l’occident,
Qui de pur aloi vous transporte loin de vous…


Quoique la blanche colombienne soit la plus pure
La cure s’avère sévère et austère même si la ganja
Du Botswana m’a mis dans un mauvais trip.
Tout n’est pas question de dose
Dans celui qui te fourgue le poison doré,
Comme le salmonidés tu peux remonter à contre courant,
La vie est en osmose avec le maudit,  jamais avec l’eau de rose
Le passager noir est en overdose,
Souvent la porte est close et pourtant
Les portes de la perception s’ouvrent sur une autre « dit mention »
C’est le Big bang des neurones : un instant,
C’est un intact instinct de démolition qu’est l’addiction.


A Patrick SALMON  

Fabien Rogier dans Poésie.
- 1123 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.