Les éternels dormeurs

En marchant le soir à la lisière d’un bois endormi
Où chantent des oiseaux et coule une rivière,
Vous verrez, étalées aux rayons du soleil, sous les gouttes de pluie,
Leurs couvertures de marbre affalées contre la terre.
Ils dorment là il y a un an, un siècle, une éternité.
Indifférents à la tempête comme à la brise du soir,
Aux longues nuits d’hiver comme aux jours splendides d’été,
Tout abandonnés à la lumière et au noir.
Eux, ce sont les éternels dormeurs…
Ceux qui ne frémissent pas sous la rosée du matin
Ceux qui ne voient plus passer les heures
Ceux qui dorment en paix dans un lugubre jardin.
Ne leur demandez pas quand ils s’éveilleront
Ne cherchez même pas à savoir s’ils ont froid.
Car seules vos larmes vous répondront
Et de tout votre corps vous frémirez d’émoi

Novembre 2008

Constant dans Poésie.
- 1357 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.