LES MALES FÊTARD

Les Mâles fêtards
Consistance de la concupiscence
Constance de la permanence
La verge tendue et ardente
La turgescence des doigts
La palpation insidieuse :
Je cherche à tue- tête l’hédonisme.
Masturbation complète dans la turpitude
Chancelant mais assouvi par habitude…
Je prends mon rail de coke
Le chemin est semé d’embûches…
Hautes sont les murailles
De la morale castratrice…
Ah bas les frustrations !
La défenestration semble être la solution
Au cadavre que je suis
Resté en putréfaction
Milles sensations toulousaines,
Des bonheurs aux amours malsaines
La malséance a fait ses preuves
Ma verge bafoue les tabous
Les soubresauts du mâle saint
Le surhomme veut et désire ce qu’il peut
La puissance séminale
N’est pas plus vénal qu’une pute
Qui suce le gland pour quelques sous
Le sang pourpre devient bleu
Il coule des artères aux veines
Flattant dans les surénales
Cherchant l’ardeur du mâle
Sain dans le glauque
De ses relations nocturnes
Le mâle saint est noctambule
Cherchant un frêle équilibre
Sur son fil d’Ariane
Embrumé de cocaïne
Shooté à la novocaïne
Alcoolique et caféine
Le tout sans héroîne
Je bande de tout mon soûl
Le mâle saint bande mou par la morale

Fabien Rogier dans Poésie.
- 866 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.