Les marins .

La voile blanche des marins ,
chemin d'écume , fort d'embruns.
qui s'en retourne vers la mer,
fier de vent, laisse la terre.

Sur la grève dans le lointain ,
des enfants seuls lèvent la main .
Leurs larmes coulent aux gouts amers,
d'une chanson triste pour leur pères .

La mer à pris leurs êtres chers,
Dans le ciel gris de ce matin,
et pour toujours ils seront fiers,

du souvenir de ce chagrin,
qui chaque jour marque la fin,
d'une prière et d'un destin .

cyril_ibghi dans Poésie.
- 993 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.