Les poissons ont fui nos avrils

Chaque année, on samusait
A inventer des canulars
De limagination, on usait
En résultait une belle foire

Aujourdhui, rationnalisé
On distingue carottes et poires
Ne sont plus que risées
Nos belles folies, qui deviennent tares

Chaque année, on rimait
Innocemment avec nos pairs
Bêtement, on se laissait aller
Primitifs, étaient nos airs

Aujourdhui, en averti
A nos propos, on fait attention
On ne se voit plus petit
Pourtant nous guide déperdition

BEDOUIN dans Poésie.
- 946 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.