Les routes du bonheur

Des visages qui sourient
Des senteurs d ’un oranger fleuri
La lueur du crépuscule qui s' amincit
Annonçant une fraiche nuit 
Et ses richesses infinies
Qu' effleurent  subtilement l’ esprit
 
Le fil du sommeil tisse des rêves qui implantent
En vagues successives et lentes
Des paysages que l' esprit arpente
Caressant les merveilles d' une vie trépidante
 
Les décors changent
Le rêve se prolonge
Dans le subconscient qui range
Des doléances intenses
Et des questions sans réponse
 
Hommes ou femmes
Pauvres ou riches
Joyeux ou en larme
Tout le monde défriche
Ces clairières en prime
Plantant des souhaits riches
En extrayant les racines du drame
De cette vallée en friche
 
L' âme plonge dans une délicieuse torpeur 
Supplantant la fatigue du labeur
Parcourant le monde en apesanteur
Á la recherche de l' aventure 
Sur les routes du bonheur
 
L' aurore émerge dans la sérénité
D' un rêve qui parfois devient réalité
L' esprit retrouve enfin sa vitalité
Au printemps de la joie et de la gaieté.
 

Momo dans Poésie.
- 1479 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.