Les saisons de la solitude

En ces jours de printemps, je ne puis partager
La douceur des matins, les jours ensoleillés
Découvrir la rosée, sans une douce aimée
Car voyais, je suis seul, et je suis très peiné.

Dici quelques semaines, bien sûr viendra lété
De longs jours à passer, sans personne à choyer
Que cest dur de vieillir, sans femme à dorloter
Et toutes les journées, seul pour se promener.

Comme celle de ma vie, je vais subir lautomne
La saison des vendanges, pour remplir les tonnes
Je devrais endurer, des soirées monotones
Des veillées esseulées, où je ne vois personne.

Les rigueurs de lhiver, vont prendre le dessus
Pour sortir, je devrais, mettre mon pardessus
Et la nuit dans mon lit, pas de femmes non plus
Pourtant sachez le bien, elle ne serait déçue.

Jai passé en revue, les saisons solitaires
Les journées et les nuits, des déceptions amères
Je crie ma solitude, je ne dois pas me taire
Je ne peux être seul, quà deux pieds sous terre.

Francis Bocquillet

fbocquillet dans Poésie.
- 670 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.