l'été

les couleurs de la nature
se mis à égayer l'été
de toute sa splendeur
on voyait les chevelures
des filles volant dans la douceur
du ce vent

qui souffla avec délicatesse
sur les dos des princesses
en train de se baigner
dans l'océan
tout à coup, un papillon

survola les maisons
et se posa sur l'épaule de la fillette
aux yeux limpides
vivant une amourette
avec un garçon qui n'est pas timide.

PHILIPPE.

desboisphilippe dans Poésie.
- 119 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.