L'Eternité perdue

L'éternité perdue,
 
 
 

L'éternité perdue
Dans ce grain de sable
Me donne le vertige.
 
De la vie qui se mue,
A ce doux visage,
Je recherche l'invisible.
 
Au grès du vent salé,
La fleur du rivage
S'accrochera aux dunes.
 
Sondant la destinée,
Fixé aux nuages,
Je relance les runes.
 
Sa Liberté passée
Tressaille dans la nuit
A la recherche du vent.
 
Et mes envies rêvées
Parcourent mon ennui
Aux tristes abîmes perdants.
 
 
Basile Béranger Chaleil
 
 
le 22 février 2016

Basile dans Poésie.
- 347 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.