L'étreinte

L'étreinte

Serre-moi, serre-moi fort. Laisse mes yeux clore
Cet instant merveilleux et souvent écourté
Les bras emplis de notre bonheur reporté
Que mon infinie ferveur laisse toujours clore.

Ne dis rien, prend ma main et saisis tout dès lors
L’enveloppe, le fond sans limite ni clarté
Les râles qui rassurent jusqu’en aparté
Les maris, les amants, les amis qu’on honore.

Peu importe les propos des pies pavanant
Leur ramage chaque jour plus beau ou luisant
Vicieuses et jalouses aux regards argentiques.

Car on étreint sans réserve ceux qu’on estime
Et l’émoi suscité est toujours légitime
Pourvu que l'effusion soit simple et authentique.

CrayonGris dans Poésie.
- 394 lectures - mention j'aime

Ils ont aimé L'étreinte

Twitter Facebook Google Plus email

Inscription à Librosophia

##user_image##
##user_name## ##content_content##
##content_date##
Lancelot C'est un poème qui donne raison aux vrais sentiments
A nous d'être sincères et de trouver les mots qui font la différence
S'aimer c'est ce respecter , s'aimer c'est aussi se laisser emporter par une douce frénésie !
Très joli texte
Amitiés
Lancelot
CrayonGris Merci Lancelot
Abdel.Koulla Sublime! merci poète!
CrayonGris Merci Abdel.Koulla ! Si vous aimez celui-ci, vous saurez certainement apprécier tous les autres !Ils sont ici pêle-mêle mais vous pourrez plus facilement les retrouver bien répertoriés sur mon site ;-)
Belle journée à vous !
Quasimodo c'est avec plaisir que je viens relire ce joli texte !
Amitiés
Quasimodo
Philips spiliph Joli texte.
CrayonGris merci de vos visites Quasimodo et Hubert-Tadéo Félizé !
lilia02 J'aime particulièrement la dernière strophe de votre poème CrayonGris
CrayonGris Merci Lilia02,

Théodore de Banville écrivit :"(...)Le dernier vers du Sonnet doit contenir un trait - exquis, ou surprenant, ou excitant l'admiration par sa justesse et par sa force.
Lamartine disait qu'il doit suffire de lire le dernier vers d'un Sonnet ; car, ajoutait-il, un Sonnet n'existe pas si la pensée n'en est pas violemment et ingénieusement résumée dans le dernier vers.
Le poète des Harmonies partait d'une prémisse très juste, mais il en tirait une conclusion absolument fausse.

OUI, le dernier vers du Sonnet doit contenir la pensée du Sonnet tout entière. - NON, il n'est pas vrai qu'à cause de cela il soit superflu de lire les treize premiers vers du Sonnet. Car dans toute oeuvre d'art, ce qui intéresse, c'est l'adresse de l'ouvrier, et il est on ne peut plus intéressant de voir :

Comment il a développé d'abord la pensée qu'il devait résumer ensuite,

Et comment il a amené ce trait extraordinaire du quatorzième vers - qui cesserait d'être extraordinaire s'il avait poussé comme un champignon.(...) -Extrait de "Petit traité sur le sonnet"

Alors si je suis parvenue à tout celà, j'en suis ravie !
ARTISTE DE L'ART La dernière strophe est d'or.

Nouvelle érotique

Littérature  3284    6  

Au feu !

Poésie  1725    23  

La récompense

Poésie  1307    11  

Guacamol

Poésie  1521    4  

L'aimant

Poésie  1169    7  

Aux brumes du zinc

Poésie  1278    12  

Bleu, Blanc, Rouge

Poésie  2085    11  

Embarquement immédiat

Poésie  1319    10  

Entre Sade et Bacchus

Poésie  398    15  

Réforme de l'orthographe ...

Inclassable  1388    14  

ALTERCATION

Poésie  1097    8  

Garçon, encore !

Poésie  1525    13  

SI TU M'AVAIS DIT

Poésie  1149    6  

CONFIDENCES

Littérature  929    2  

LESBOS

Poésie  1220    4  

Nuit en robe blanche

Poésie  922  

COLERE FELINE .....

Poésie  1184    5  

Quand l'un entraîne...ch ...

Inclassable  1715  

Tronc d'arbre mort et moussu

Poésie  1282  

TOUJOURS AMOUREUX

Poésie  1176    10  

Cette noble musique

Poésie  1213  

Mon épouse je vous soutiens

Poésie  929  

Ô poète attend

Poésie  1363  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.