LETTRE D'UN FRERE D'ARME

J'ai passé des nuits
Sous le feu ennemi
Sévèrement nourri 
Avec mes meilleurs amis 
Ils étaient des hommes investis.

Mes frères d'armes 
De braves âmes 
Qui hélas, rament 
Dorénavant loin de la trame.
Ils avaient de grands cœurs de palme.

Étant tombés sur le champ 
Chantant la musique du sang 
S'écoulant partout dans les rangs 
Dont les cœurs sont anormalement vibrant 
Ils étaient des frères d'armes charmants.

C'était la musique explosive 
Des percussions très vives 
Acclamant la fin qui arrive 
Celle qui de tout prive.
Il adoraient cette ambiance collective.

Enfin, c'est fini maintenant 
Fini maintenant les bombardements 
Les bombardements nous restant 
Éternellement dans le vif du conscient. 
Je rentre à la maison, impatient.

Tchétché Moïse Daniel (ARTISTE DE L'ART) dans Poésie.
- 57 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.