Lettre ouverte à l'attention ...

LETTRE OUVERTE AUX JEPOÉMIENS & MIENNES


Chers membres, chères membranes,

Vous nêtes pas sans ignorer que jadore cette phrase !
Je veux dire que jadore Vous nêtes pas sans ignorer . Je trouve que ça fait classe , pour ne pas dire classieux

Mais, bref, revenons au sujet de cette lettre.

Enfin, venons-y, veux-je dire. En effet il est quasiment impossible de revenir sur quelque chose où lon nest pas déjà venu !
Mais trêve de billevesées et autres carabistouilles !
Mes frères, mes sœurs, lheure est grave !
Vous me connaissez. Vous savez que je ne suis pas du genre à prendre des vessies pour couper les cheveux en quatre dans les chemins de traverses …

Aussi irai-je droit au (choisissez bien, choisissez …) BUT !

En effet, vous nêtes pas sans ignorer ( hum …orgasme) que quand jai quoi que ce soit à dire, je le dis !

Cest donc un appel que je lance depuis nos terres familiales. Cest la raison pour laquelle, jespère avoir été clair, de nos terres …

Jepoémiens & miennes, battons-nous pour récupérer nos apostrophes, même sans pivot !!! (Elle est énorme, celle-là !)
Car, vous nêtes pas sans ignorer ( hiii !!! Patriiick !) quune strophe sans apostrophe, vire à la catastrophe !
Unissons-nous, miens et miennes, pour que demain, ou après-demain au plus tard, nous soient rendus, et nos apostrophes et nos œufs dans leau afin que nos sœurs et nos cœurs battent ce quils ont à battre … !

Pour paraphraser un de mes ancêtres, je vous dirais pour terminer :

Vive le céleri rémoulade et la betterave en cubes !
Vive Je poème !
VIVE LA FRANCE. !!! (Marseillaise …)

Appel de Nice le 4 Mars 2012.

bourguignat.gerard dans Poésie.
- 594 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.