L’hiver- Lit blanc-

Paradoxal lorsqu’à cette saison, on parle de « l’hiver » (lit vert) !... « Lit blanc » serait plus judicieux…
Hiver glacial, tout s’arrête et lutte pour ne pas mourir… Seul l’homme aveugle, ne faiblit point !...
Courageusement, il regarde dehors à travers la vitre la nature qui souffre, sans humilité, oubliant d’où il vient !... 
 
                                             Nature endormie dans son lit blanc,
                                             Seul ne meurt point et s’égrène le temps !
                                             Peintre d’automne, aux paillettes d’or,
                                             Palette éphémère, tout semble mort !
                                             Jusqu’au plus profond de notre âme…
 
                                             Flore asséchée, senteurs oubliées,
                                             Langage floral, amour muet,
                                             Je t’aime, un peu, beaucoup…Tu n’es plus !...
                                             Nostalgie d’hiver, tout est confus !...
                                             Jusqu’au plus profond de notre âme…
 
                                             Arbre sans sève, vidé de son sang ;
                                             Feuilles mortes, emportées par le vent ;
                                             Squelettes aux branches de cristal ;
                                             J’entends ta souffrance, ton râle !
                                             Jusqu’au plus profond de mon âme…
 
                                             Faune joyeuse et musicale,
                                             Mort lente ou survie hivernale ?...
                                             Partition sourde ou notes blanches ?...
                                             Tu crois en la vie ! Ta revanche !...
                                             Jusqu’au plus profond de ton âme…
 
                                             L’année a vécue ; Elle se meurt ;
                                             Nos espoirs…Je vois une lueur !...
                                             Nouvel an…Visible au firmament !...
                                             Seul ne meurt point et s’égrène le temps !...
                                             Plus loin que le fond de notre âme…
 
                                             Seul l’homme aveugle, ne faiblit point,
                                             Trop occupé à ses petits soins...
                                             Voit ! Aime ce monde qui souffre !
                                             Soit humble ! Retourne à tes sources…
                                             Et, tu ne vendras point ton âme !...

Noel Turo dans Poésie.
- 59 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.