l'idole des jeunes

Ce jour-là, notre Johnny national nous à quittés pour rejoindre le chemin de la délivrance, moi qui n’aimes pas le rock, mais à la fin, j’ai commencé à l’aimer quand il chantait Laura, toi ma gueule, que son âme est paix. Nous n’allons pas l’oublier, ah, que Johnny. Pendant des années il nous à fait rêvés, merci à toi.

Philippe. 

desboisphilippe dans Poésie.
- 43 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.