Lire

Bruissement d’une page
Froissement de la plume antipathique
L’encre sympathique
Ne s’efface plus
Je ne m’amuse plus
Désabusé je rature….

Bruissement d’une aile
Envolée sempiternelle
D’une mélancolie sans temps
Je crache ma mélopée
Ni guerre ni paix
Je plonge dans l’abîme de mes pieds
Ouvert sur le monde
J’ai mal à la main
J’ai du mal à écrire
Mal à décrire mes émotions
Qui ne sont qu’émulations vaines
Mes veines sont l’encre
Où je puise l’inspiration
Vous savez lentes respirations
Haletantes et sereines
Chambres en clair-obscur
Je dilate mon âme
Pour que mon cœur y trouve une place
Plus rien non rien ne s’efface
Giflé par sagacité
On me retourne la tête
Mon esprit s’égare
Dans l’absurde j’y trouve mon compte
Dialogue invertébré et décérébré
Pulsation de mon pouls exacerbée
Mon tout n’est pas la fin d’un conte.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 1344 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.