Lit Berthe Hait !

Berthe,
Charmante fille
Un prénom de ton père,
Vieillot, certes,
Mais qui te sied, si bien ma fille,
Berthe de ton père,
Qui sait,
Tu lisais,
Tu as lu,
Tu lis, Berthe, Hait
Passionnément,
Sans ombrages,
Ce que tu n'as jamais
Aimé.

Ma Berthe,
D'un père à une fille,
Possessif,
Possessif éloignement
moi qui t'avais conçue,
Donnée le sein,
Tu me manques,
Ma Berthe,
Et en tant que mère,
J'ai pardonné à ton père,
Tout ce mal,
D'un mâle dominant,
Qui s'est éteint dans les regrets ;

Berthe,
Je t'attendrais,
Le moment venu,
Et on se retrouvera,
Sur un autre chemin,
Pour de futurs lendemains.

De retrouvailles
En retrouvailles
Pour nos festins
Sur notre destin.

Raymonde Padioleau dans Poésie.
- 95 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.