Loin des yeux....

Loin des yeux loin du cœur, tout le monde connaît
Mais je peux confirmer ce proverbe français
J’avais à cette époque où j’étais infirmière
Un amant vigoureux qui m’aimait en guêpière

Mon service fini je courais au logis
Où  il me rejoignait c’était le paradis
Je pensais bien c’est vrai le garder une année
Mais ne me voyais pas avec lui mariée

La tête réfléchie et la fesse commande  
J’adorais ses câlins  ma bouche était friande  
Pendant de très longs mois j’en ai fort profité
Puis au bout de trois ans l‘amant s‘est envolé

chavigner dans Poésie.
- 601 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.