Lorsque la nuit descend

Lorsque la nuit descend sur l’humble cimetière
Où repose mon corps à cinq pieds sous terre
 l’habitude j’ai pris le soir de bavarder 
Avec tous mes voisins qui aiment s’amuser

Une fois Réunis dans ce lieu chrétien 
Par la lune, éclairés, nous nous amusons bien 
Nous appelons cela mémoires d’outre-tombe
Nous rigolons beaucoup pendant que la nuit tombe

Ne croyez pas surtout que l’homme mort soit triste
Chaque soir il nous offre un dernier tour de piste 
Nous pouvons dire de lui que c’est un bon vivant
Qui  aime chahuter le dernier arrivant 

Un soir j’ai retrouvé ce besogneux gendarme  
Qui m’avait fait souffler un jour dans le ballon   
Il nous avait rejoint en nettoyant son arme 
Et sur sa clavicule  pendait un fier gallon

Nous faisons du café grâce à des feux follets
Il réchauffe nos os qu’aucune peau ne couvre
Puis au petit matin quand s’ouvrent les volets
Les vivants se réveillent, le marbre  nous recouvre  

chavigner dans Poésie.
- 149 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.