Ma chérie

Dès l’heure qui te vit lumineuse, un été,
Le regard dans le mien tout à coup arrêté,
Et suprême féerie,
Le visage tendu comme une hostie en feu,
Ne t’ai-je pas, miracle, appelée en tout lieu,
A mi-voix : « ma chérie » ?

Que me fait le temps sourd ? Que me font les hivers ?
Ferai-je assez le tour de tes yeux grands ouverts
Etalant leur soierie ?
Comment sur quelque ride élancée à ton front,
Ne pas mettre un baiser venu tel un fleuron,
Susurrer : « ma chérie » ?

Pendant que toujours belle, ô délice entraîneur !
Tu m’offres des joyaux clairvoyants de bonheur,
Une douce prairie ;
Que le charme et l’amour se baignent dans ta main,
Ne puis-je pas encore oser jusqu’à demain
Ces deux mots : « ma chérie » ?

Quand le rire décoiffe au soleil tes cheveux
Auxquels se mêlent fous, librement, des aveux
De ta bouche fleurie ;
Quand vers moi ton parfum épand son chaud nectar,
Est-il jamais trop tôt, est-il jamais trop tard
Pour souffler : « ma chérie » ?

Thierry Cabot (La Blessure des Mots)
http://www.accents-poetiques-editions.com/produit/la-blessure-des-mots/

Thierry CABOT dans Poésie.
- 299 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.