Ma liberté.

Ma liberté, liberté de mes vingt ans, liberté d'une jeunesse que l'on croyait immortelle.

Ma liberté, sais-tu combien je t'ai aimé, combien je t'ai espéré, entre noir et blanc.

Ma liberté, précieuse amie, confidente d'un jour, d'une semaine, d'un mois, d'une année, d'une vie.

Ma liberté aux embruns des mers d'espérance, qu'attends-tu de moi, l'allumeur de réverbères...

Ma liberté, au souffle des mers du sud, aux parfums des îles, de mai 68,

Ma tendre liberté, Brel me parle de toi, à travers les alizés.

Ma vitale liberté, sauvage et belle, tu t'insinue, sans faire de bruit, en mes plus secrètes pensées.

Ma liberté, ma vagabonde, au seuil de ma vie, m'accompagneras-tu encore,

M'accompagneras-tu encore dans les nuits d'orange, dans les grandes tempêtes.

Ma liberté, souvent je t'ai renié, et souvent je t'ai cherché, comme un fou, comme un anarchiste.

Ma liberté, me feras-tu cortège, lorsque je passerai le Styx,

Me feras-tu cortège, m'emporteras-tu vers des horizons de beauté et d'infini.

Liberté, chère liberté, nous avons fait un sacré chemin, comme un vieux couple, 

Oui, un sacré chemin, avec nos disputes et nos retrouvailles.

Liberté, où qu'aille ma destinée, seras-tu encore là, pour partir avec moi, 

Oui, partir avec moi, vers l'éternité de mes nouveaux voyages.

Ma liberté, sais-tu, sais-tu bien, comme belle est ta vision, et difficile  sa réalisation.

Marc de St Point dans Poésie.
- 336 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.