Maman

Mère n'est plus ; l'enfance est morte,
Et moi, je suis toujours vivant ;
Un fleuve arrêté qui n'emporte
Que de la poussière et du vent.

Ses yeux nacrés, son teint magique,
Ses longs doigts souples et rêveurs
Jouaient une même musique
Aux plus délectables saveurs.

Il flottait je ne sais quel trouble
Dans son beau rire flamboyant,
Tout à la fois sincère et double
Comme un grand soleil ondoyant.

Lorsqu'elle allait, le ciel aux lèvres,
À mon petit bras jalousé,
J'étais saisi de douces fièvres
Au seul prodige d'un baiser.

Sa haute chevelure altière
En boucles brunes voletant
Semblait pour moi la grâce entière
Sous l'ample houle de l'autan.

L'orgueil enflammait son pied tendre,
Le jour s'étoilait de stupeur,
Et je voyais l'amour s'étendre
Si loin, si loin qu'il faisait peur…

Mon idole unique, ma mère,
Reconnais-tu cet orphelin ?
Toi qui fuyais tant l'éphémère,
Ô toi, mon éternel câlin !

Quand ton image se dérobe,
Je crois entendre maintes fois
Le bruissement nu de ta robe,
Le cher miracle de ta voix.

De mes mains vides et souffrantes,
Je crois encore un peu toucher
Toutes les douceurs fulgurantes
Dont rien n'a pu me détacher.

Maman, c'est trop ; je hais le monde,
Je hais la vie où tu n'es pas.
Vite ! Qu'enfin mon pas se fonde
Dans la lumière de ton pas.

Thierry Cabot (La Blessure des Mots)
http://www.accents-poetiques-editions.com/produit/la-blessure-des-mots/





Thierry CABOT dans Poésie.
- 400 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.