Marins

Les gouttes de pluie sur la vitre viennent chanter
Mélées au parfum de la terre humide
Tel un craquement de buches dans la cheminée,
Ces gouttes de pluie sur la vitre viennent éclater.

On n'entend plus le chant des oiseaux,
Sur la mer on voit le bateau ivre,
Les marins accrochés pour essayer de vivre,
Pecheur enlacé au mat de ton bateau,
Tu t'acharnes a dompter cette mer qui t'énivre.

Il semble que la mer t'ai tout dit.
Des profondeur de l'eau, jusqu'au ciel tout sombre,
Des grandes tempetes , au calme de la nuit,
Des vols des goélans qui gémisssnt dans l'ombre.

Victime malgré toi de tristes ironies,
Cela ne t'empeche pas de rire
Devant les insatisfaits de la vie,
Benissant la mer, le ciel et la terre
De t'épargner la maladie.

Les gouttes de pluie sur ton navire
Viennent mourir lentement,
Comme une caresse d'enfant,
Pour continuer a te faire vivre.

mamida dans Poésie.
- 226 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.