Méditation…

« Mélodie » du silence... Laissons-nous aller, « Écouter... Regarder... Sentir... » Jusqu'à effacer une partie de la réalité.
Il ne suffit pas d'avancer, pour aller le plus loin possible...
Cueillons les fleurs, le long de notre chemin, mettons nos espoirs au soleil, le tout agrémenté d'une part de rêve...
Penchons-nous sur ceux que l'on dit « Sans âme », qui vivent et souffrent autour de nous...
            « La réalité ne se nourrit que de l'indispensable, mais le cœur vit de soleil... »
                         
                                                                   
                                                           Évasion poétique... Les portes s'ouvrent,                
                                                           Rêves intenses, le firmament s'entrouvre,
                                                           Une mélodie... Le silence m'écoute,
                                                           Le temps s'enlise, cesse son goutte à goutte...

                                                           Vagabondage... Idées vagues, volatiles,
                                                           Les étoiles scintillent, m'observent et filent,
                                                           Esprit libre...Solitude, méditation,
                                                           Plénitude infinie, passion, tourbillon...

                                                           Voir plus loin que ses yeux... Jusqu'à la Poésie,
                                                           Émotion, prendre sa main, avec courtoisie,
                                                           Caresse du vent... Au souffle des poèmes,
                                                           Partir avec elle, devenir bohème...

                                                           Ici, où vie éphémère est un papillon,
                                                           L'appel de l'irréel, dépasse la raison,
                                                           J'ai appris avec elle, à lire l'horizon,
                                                           Où l'inaccessible, en fait le trait d'union...

                                                           J'ai vu à l'aurore... Les perles de rosée,
                                                           Des larmes célestes, sur l'herbe déposées,
                                                           Le soleil rouge, chatoyer le lac de feu,
                                                           Crépuscule... La nuit revêt son manteau bleu...

                                                           L'azur, se confondre au bleu de l'océan,
                                                           Où le regard s'échoue, là-bas dans le néant,
                                                           Où l'inconnu, sombre dans l'imaginaire,
                                                           Dont l'espoir, croqua la pomme légendaire...

                                                           Soyez dans le rêve et l'on vous dit ailleurs !
                                                           La réalité, préfère le moissonneur,
                                                           Et trace le chemin, de notre destinée,
                                                           Sur lequel elle se plaît, à nous ramener...

                                                           L'étendue de la passion, poids de la bonté,
                                                           N'ont point de mesure, se donnent sans compter,
                                                           Le sentiment est abstrait et l'acte est concret,
                                                           Mais ressenti : bonheur, malheur, réalité...

                                                           Si l'esprit est logique et reste rationnel,
                                                           Le cœur rebelle, voit au-delà du réel,
                                                           Le temps s'écoule, le passé s'amoncelle
                                                           Les souvenirs s'emplissent, dans l'escarcelle...                                              

                                                           J'ai vu la main tendue, de celui qu'on oublie,
                                                           Qui garde dans les yeux, toute la poésie,
                                                           Dont la vie par avance, semble ensevelie,
                                                           Le manque d'amour, peut mener à la folie...

                                                           L'âme voyage... Ici ou là, se pose,
                                                           Seule autour du monde, paupières closes ;
                                                           Prendre conscience de soi... Chaque seconde,
                                                           Dans la misère et les merveilles du monde...

                                                           La mélodie... Le vent, dans les arbres assiégés,
                                                           Une immense forêt... Un univers caché,
                                                           Des chênes, grands et nobles... Comme des sages,
                                                           Leur méditation défie le temps... Hors d'âges...

                                                           Ils respirent, pour le bien-être de l'homme,
                                                           Mais abattus... Au sein de leur royaume,
                                                           En silence, pleurent leur sève... Dignes et droits,
                                                           Ils attendent l'aurore... Les branches en croix...

                                                           Seul, je marche dans le bois... Baissant la tête,
                                                           En ce lieu, qui inspira tant de poètes,
                                                           La forêt s'endort... Belle et vulnérable,
                                                           La nuit... Je m'enfuis... Je cours, tel un coupable...

                                                           Dans les ténèbres, une lucarne blanche,
                                                           Perce le rideau funèbre... Voie des anges,
                                                           Lumière de l'au-delà, qui nous appelle,
                                                           Rayon de lune... L'éternité ruisselle...

                                                           Vie invisible, inconnue qui s'anime,
                                                           Parfois des branches craquent, le bois s'exprime,
                                                           Des feuilles crissent, une chouette hulule,
                                                           Esprits du passé... Ou ombres somnambules...

                                                           Monde parallèle, où je me sens étranger,
                                                           L'homme sans maîtrise, s'imagine en danger,
                                                           Avons-nous choisi d'être ici, plutôt qu’ailleurs ?
                                                           Où l'on pense toujours, que le monde est meilleur...

                                                           Méditation... Où l'âme gagne sur l'esprit,
                                                           Où la réalité, nous nargue avec mépris ;
                                                           Rêve d'un soir... Espoir... Voyage clandestin,
                                                           Nuit de satin... Qui s'enfuit au petit matin...

                                                           Revivre !... A chaque aurore nouvelle,
                                                           Faire du présent, sa ritournelle,
                                                           Le rêve est le soleil, de la réalité,
                                                           Rayon d'éternité, sur la fatalité...

Noel Turo dans Poésie.
- 24 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.