Mélodie du passé

La solitude devenant trop lourde
Par habitude, elle caresse le piano
jouant avec exactitude, le refrain d'un amour débridé

ramené par le passé à ses lèvres enivrées
de son bien-aimé
Romance des matins, 
insouciance lointain
des élans du coeur berçant les libertins,
face au temps assassin

De ses fugues recherchées où ils sont enlacés
a ses nuits endiablés, 
vibrants à l'unisson pour écrire leur chanson

Laissant seule à présent ,
la complainte d'une enfance envolée
comme si le temps s'était figé

oedipe dans Poésie.
- 1278 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.