Mensonge en hiver

mais l’ombre raccourcie
la vie la ronde des soucis
tous ces battements 
ces cliquetis

passent et m’inondent 
à pas précis


papa dis blonde 
bourbon baby

dans le metxcal 
je vois ici

le son des fourmis
l’herbe qui pousse
le vent aussi 

souffle à ma bouche
des mots écrits

à coup de touches
pastels et gris

mon regard lorsque
je m’ennuie

songe à l’hiver
et puis et puis
passent et m’inondent 

ces cliquetis.

F dans Poésie.
- 947 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.