MENU

 MENU

                                          Une odeur de flicaille                                          
Et de milices armées
A envahie l’espace des cités saturées.
                                          Alors je dévale l’idéal                                          
            A grande vitesse              
Par les grands boulevards de l’ivresse
                                              Et finis par m’écraser                                          
Sur un mur d’injonctions
Aux pierres tranchantes de coercitions.

A la limite d’un périphérique
Sans intérêt journalistique,
                                                                       J’observe,                                                                        
Je ressens
Le processus de l’illusion,
L’avènement du recul
                                    Et le leste pesant                                          
D’une sale confusion.

                                       L’effondrement engendre                                        
Des peurs paniques ;
Il faut manger de la monnaie,
Lécher les plaies économiques
D’un mensonge sans pérennité,
D’un nouvel ordre atmosphérique
A la pointe de la technique,
                           D’un requiem de la traîne                              
Brillamment orchestré
                                         Par l’ensemble harmonique                                      
De désinformation.
                                             Apologie du consentement.                                         
In média veritas,
                                       Absorption maximale,                                        
Pour sujets résistants
Au théâtre global ;
                                            Analyse de l’impact                                              
Et contrôle de l’image
                                           Oriente le discours                                            
Des bons communicants
A la vitalité douteuse,
Aux manières sans complexes
De narcisses dérivants.

                                              Pour commencer séparer                                              
Le bon grain de l’ivraie.
Le buffet est ouvert
Et la curée événementielle nous promet
D’hémorragiques diarrhées.
Manger,
Boire,
Avaler
la bonne soupe mondialiste
Des grands chefs de demain
Mais surtout ne rien dire
Et digérer ainsi
Ce menu préparé
Au nom du merveilleux marché.
                                 Peut-être irons nous même                                    
Jusqu’à ingurgiter les restes
De ce banquet funeste
Afin de prolonger le temps
De nos conditions d’affamés.
                                                Quant à ceux qui voudraient                                                
Me faire croire le contraire
Qu’ils me jettent la pierre de la vulgarité
Et retournent au vestiaire
De l’immaturité.

La stratégie du regroupement
Déploie les tentacules de l’anéantissement.
Serait-ce le début d’un grand basculement ?

Gaspard Collal dans Poésie.
- 347 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.