MI-AOUT

MI-AOUT
 
 
A la recherche du Roi des chats,
Aux extrémités des pôles,
Je suis tombé à genoux.
Terrassé par le froid,
J’ai rampé sur la glace
A l’affût de la moindre trace
Du suprême animal
A l’allure chimérique,
Loin, très loin
De la quête initiale
Qui m’avait entraîné
Sur la voie du félin royale.
 
Femme-Piége
Luminescent mirage,
Miroir de l’illusion,
Ou en étais-je,
Où est le chat
A la couronne d’anonymat ?
Qui est la Femme debout
Devant moi ?
Pourquoi lit-elle un journal ?
Quel est le lien
Qui m’enlace au sein de l’événement ?
 
Felis sylvestris catus
Ou chat numérisé ?
Quelle est donc cette quête ?
Serait-ce relatif à tes seins,
A la courbure de tes reins
Qui me transportent encore
Aux creux de tes caresses passées
Profondément ensemencées
En moi.
Quel est Moi ?
Et Toi,
Le chat que je cherche,
Où es-tu
Maintenant ?
 
Mimi,
Donne moi ta couronne piégée
Que je la désamorce
Afin que plus tard,
Ensemble, nous puissions
Imaginer communiquer
En morse.
D’ailleurs comment ce chat que je cherchais
A-t-il pu devenir
Un morse,
Une muse,
Une méduse ?
Quel est donc cet état
Qui nulle part ne me mène
A Toi ?
 
A la recherche du Roi des chats,
Aux extrémités des pôles,
Je suis tombé à genoux.
C’était un 15 août,
Le jour des minous.

Gaspard Collal dans Poésie.
- 199 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.