Mishima - le seppuku du soleil avec l'acier

Secrets du soleil et de l’acier

Chant I (treizain)
 
Et si le soleil m’enseignait progressivement
le secret de ma folle poursuite avec le temps ;
Et si le dur acier m’enseignait tranquillement
le secret des douleurs de mon âme avec mon temps.
Au-delà des mers solitudes, aux ports amers,
Au-delà des sentiers perdus, aux morts des arènes,
Je rêve de mots sur des maux, rêve de murènes ;
Et dans cette double polarité : père et mère,
à maintenir tout mon doux équilibre et admettre
Que le soleil et l’acier furent donc bien mes maîtres.
Le soleil m’échappe, et si l’acier de sa froideur,
Comme étang, ou miroir, reflète toutes mes peurs,
Mon seppuku sera ma discipline, et mon heure.


N.B :
Mishima est un auteur nippon dramaturge qui s'est fait seppuku en 1970. Il a écrit entre autre, "le soleil et l'acier".

Toute sa vie, ses écrits se basaient sur la beauté de la destruction, la beauté du néant, le contact avec le réel, la projection de soi envers l'autre. Le seppuku est une manière d'exprimer ce qui vient de l'intérieur vers l'extérieur dans la douleur, la destruction et le néant.

N.B :
L'exercice de style, treizain formé par des vers de treize pieds. Soit 13 vers de 13 pieds.

Hubert-Tadéo Félizé dans Poésie.
- 142 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.