MON FRERE

                   
                  Mon frère mon ami

                  Tu passes la porte bien décidé

                  la main serrée sur la poignée

                  d'une valise

                  tes souvenirs au bout du bras

                  tu cherches un air qu'ici n'y a pas

                  et tu t'enivres



                 En ces instants un peu troublants

                 on a toujours un tiraillement

                 au fond de l'âme

                 pour un grand frère qui va sa vie

                 me Laissant seule au creux du nid

                 de nôtre enfance



                 Je te regarde enfant blessée

                 tes yeux chargés de libertés

                 qui se défilent

                 aussi je glisse comme assommée

                 pour m'allonger au canapé

                 du souvenir



                 Oui je rumine tout en sourdine

                 sur cette blonde couleur platine

                 pour qui tu quittes

                 ce que la vie a fait de nous

                 un frère une sœur et c'est beaucoup

                 une famille



                 Bien d'autres sœurs connaissent ce pas

                 allons fillette ne pleure pas

                 retiens tes larmes

                 aimer un frère c'est un peu çà

                 le voir partir ouvrir les bras

                 à son retour

Aveudoux dans Poésie.
- 278 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.