Mon regard scrute l'horizon

Assis pensif sur une roche millénaire
Mon regard curieux scrute  l'horizon
Là bas il dévore le soleil  sans façon
Le saigne dans ses bras tentaculaires
 
Les plaines tressaillent sous leluminaire
Je ressens dans leur démarche tension
Quand l'ultime  lumière avec bonne raison
Les entraine au fond  noir vers le calvaire
 
La nuit gloutonne  lèche la parures des forêts
Elle  déposent triste leur manteaux de  velours
Au vestiaire du silence de mes yeux  couchés
 
Les ténèbres pénétrants transportent majoie
Dans les nébuleux gouffres  du  sage bonheur
Où mes rêves jouent sur scène du décor  renvoi
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1363 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.