Mon vieux solex.

Au fond de la remise, sous une vieille couverture, sommeille..... Suspense insoutenable.....

Mais quoi donc ????

Un   vieux solex 5000 , d'un  bleu vintage !

Parfois, il m'arrive de le sortir, bien sur il grogne un peu, rouspète, et finit bien souvent par démarrer dans un bruit qui n'appartient qu'à lui.

Vous savez-bien, vous les anciens ," la fameuse bicyclette qui roule toute seule ". 

Il fume, oui je sais c'est pas écolo, mais ça sent si bon la " solexine " .

Il me rappelle tant de si bons souvenirs, les filles, les booms, les boîtes de nuit, le lycée, les pattes d'éléphant, les flippers, les nuits coquines dans les petits chalets de la plage.

Il faut dire qu'à cette époque bénie, avoir un solex, était un rêve pour beaucoup, l'indépendance, la liberté , sans pour autant se ruiner.

J'avoue humblement que j'ai toujours eu un immense plaisir à rouler dessus, même si sa tenue de route laisse un peu à désirer ; quand au freinage, disons qu'il est juste symbolique, et que dire de l'impressionnante vitesse de l'engin, 30 km/ h, les bons jours.

Une merveilleuse machine à remonter le temps, à redécouvrir, la vrai mesure de la vie, les petites routes de ma chère côte d'opale, du bruit du tchiiiiii.....pour un tchii, vous me direz, c'est normal ...

Ce solex, cette antiquité , vous savez bien, la bicyclette de monsieur le curé en soutane, souriant béatement.......

Ah, je sais que fais rire mes amis motards, mon épouse et mes enfants, surtout quand ils me voient circuler dessus avec mon vieux bol d'époque ( cromwell, pour les connaisseurs ).

Mais qu'importe, le charme est si fort et le plaisir si nostalgique, qu'il me rend insensible aux quolibets de ces odieux jaloux.

Que le bonheur peut être parfois simple, drôle et original........

C'est  juré, promis, mon vieux copain de métal, entre nous c'est une vieille histoire, 1971, comme le temps passe vite, je me revoie encore disant à ma mère , que je vais réviser mon b e p c avec un copain, alors qu'en fait , j'avais un rendez-vous, avec une copine de lycée, au café du village voisin.

Ah, nostalgie, quand tu nous tient !

Marc de st Point.

Marc de St Point dans Poésie.
- 633 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.