mort dans l'encrier

Hâtivement, chétivement je suis mort hier dans l'encrier.
Je suis le mortier de l'encrier d'où l'encre peut s'échapper
Enfermé dans l'aporie de l'écrit vain
Je peux m'en sortir que dans le vin

Loutre est pleine prête à exploser de suavité,
La concavité n'y réchapperait pas, irradiée.

C'est d'irradiation qu'il s'agit,
Cent quatre vingt degré de rotation
Et l"illusion d'optique d'une nature morte
Dont la composition initiale était un bouquet
De fleur blanche dans un pot bleu.
Une fois la rotation frottée sur la toile accomplie
Le résultat donné donne à réfléchir sur le pli.
Il n'y a pas de pli dans l'espace,
Le temps ne peut prendre sa dimension
J'ai transcendé la perspective :
Pas d'angle de vue possible
Hormis celle du haut.
Elytre d'aile et loutre est pleine
Descend de la vallée le loup t'y attend.
"La bête et le souverain"
Le loup est un loup pour l'homme  
Homo homini lupus,
Mais il est aussi un homme pour l'homme
Car sinon pas d'espoir.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 331 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.