Mortelle (rediff>modif)

MORTELLES

De l'autre côté de l'enceinte,
loin du tourisme complaisant,
L'ombre, bleu-noir, fuyante empreinte,
titube sous, son ciel, pesant.

Dans l'azur, vole sa complainte
et son refrain, esthétisant
l'illusion de sa joie défunte,
griffe l'espace en explosant !

L'ombre marche sans une plainte.
Son souffle va, se réduisant.
Lèvres craquelées, une quinte,
un désir fou la conduisant.

Des biens-pensants, elle est enceinte ;
Grosse d'un monde méprisant ;
Le trompe œil d'une porte peinte ;
Mirage d'un bonheur grisant...

Son vibrato pour seule étreinte,
Son pas, en galop d'alezan,
ébrouent son corps, sa peau qui suinte...
L'ombre expulse un cri, se brisant..

L'ocre, des dunes, qui se teinte,
Rouge , luisant,perlée de sang,
bracelets à l'argent qui tinte,
tracé de vie agonisant...

Nayhenni dans Poésie.
- 557 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.