Mouriràcoeursaignantaucoeur.

Tu as dégrafé mon cœur
De ton mystérieux regard
Je nai pas su te voir
Et maintenant malheur,

Mon cœur cesse de se battre
Je nai pas peur de son silence
Jen ai juste marre de son errance
Quand dans ce monde acariâtre

Il laisse son bonheur éclater
Sans se douter un seul instant
Quil ne serait jamais son amant
Il la voulu, la désiré et, la adulé

Aujourdhui, il a enfin compris
Son cœur, a repris à saigner
Ses limbes déchirés, portées
Au nu dun ciel soudain tout gris

On eu raison de son emballement.
Tel un fou cheval lancé dans la fumée
Cœur serré un jour un peu plus réparé
Tu reprendras jespère fièrement,

Le chemin de la conquête
De la soif daimer, une sirène
Enfin, de nouveau tu te démènes
Tel un feu de Bengale, soit de la fête.

Bar_Tabass dans Poésie.
- 1004 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.