Nos vies

Quand la neige viendra se poser sur tes tempes
Que les années auront ridé un peu ton front
Que tu seras encore et toujours l'exemple
De ce merveilleux père de ce mari si bon
Je penserais heureuse, comme nous vieillissons!

Quand appuyé à ta canne, le dos un peu voûté
Tu iras lentement, avec la même adresse
Toujours ton doux sourire et ta tendre fierté
Je te regarderais vieillir avec tendresse
Je penserais inquiète, c'est donc ça la vieillesse!

Lorsque nous n'aurons plus envie de discourir
Trop las pour agir et pour nous déplacer
Que nos histoires communes ne nous feront plus rire
Fatigués de la vie et fatigués d'aimer
Je penserais tristement bientôt on va se quitter

lilicamilea dans Poésie.
- 686 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.