Nue en ces couleurs

Il l'a illuminée de si belles nuances,
Lui donnant le teint blanc enneigé d'une geisha,
Sur sa douce peau pigment albâtre il se pencha,
Pour parfaire son grain sur la toile en transparence.

Ses lèvres teintées rouge feu légèrement entrouvertes
Appellent à un baiser langoureux l'homme aimant,
Couvé par son regard azur clair pétillant
Il couronne son chef-d'oeuvre ses six sens en alerte.

D'une singulière étoffe ivoire il l'a paré
Laissant entrevoir sa fondamentale beauté.
Au creux de ses seins brille le plus noir des diamants.

Il la dévisage, la toise, l'observe, l'épie...
Sa palette de couleur en main si fermement,
Le peintre à sa muse jette l'ultime oeil averti...

Naromi dans Poésie.
- 43 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.