Ô peur

 
O peur! Que fais-tu là  à geindre
Ton corps, ton âme trouve disgrâce
Dans un flot d'erreurs qui t'entretient
Et tu ne veux trouver la grâce
Quand le mal là,  est à poindre
 
Et la cascade terrassée de douleur
Laisse glisser chant  sur le roc dur
D'une eau pure au sang  cristallin
Entre tous les écueils de l'obscur
Qui ne dérange ondes  de  sa fraîcheur
 
Ô peur! ne vient t'infiltrer fière
Au fond du ventre de ma vertu
Afin de  te cacher des remèdes
D'une vie où le bon est convenu
Pour ne pas te faire prières
 
Là bas une mer forte et sévère
Entreprend de fracasser l'esquif
D'une vie perdue dans la tempête
Mais il est toujours que combatif
Le grand calme reste bon compère
 
Ô peur! Tu voudrais m'affirmer
Que ta malédiction est salutaire
Quand on se veut prendre décisions
Pour ne pas exécuter l'imaginaire
D'un abject  combat à affronter
 
L'espace est un  grand chaos
Dans le bruit du  silence  sidéral
Tout tourne ancré à l'autre
Pour voguer sur le grand canal
Où se naviguent tous les  maux
 
O peur! Laisse moi rassuré te quitter
Je veux m'ancrer au beau du courage
Voyager dans la beauté du pacifique
Pour y déposer mes maux sans rage
Comme sang  coulant en mes  veine  santé
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 884 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.