Ode aux aubes éternelles

Ode I

J’aime les aubes qui s’habillent de rosée,
Quand la lumière s’en vient aux heures aimantes,
Transportées par des vents au souffle si léger,
Embaumées de vapeurs nocturnes envoûtantes.

J’aime cette aube qui se parfume au soleil,
S’accoutre de camaïeu, de rouge écarlate,
Où les ombres se marient aux couleurs du miel,
Où les bourgeons éclosent dans nos yeux d’agate.

J’aime cet aube où l’amour si désemparé,
Se projette au cœur de nos émois, dans ce feu
Qui nous embrase tel un brasier égaré
Distille l’élixir de nos amours en feu.

Hubert-Tadéo Félizé dans Poésie.
- 93 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.