Overdose

Tel le vent qui souffle 
la curiosité qui pousse 
Une sorte de liberté améliorée 
Sans aucune loi à dicter 
 
Je délimite mes propres lignes 
Quand la police passe c'est moi qui alligne 
Je cherche une lueur 
Un endroit loin de ces malheurs

Qui inflige la souffrance 
La haine , la colère à outrance 
Tu crois prendre pour oublier 
Mais l'ami tu as oublié pourquoi tu en prenais 

Les couleurs défilent jusqu'au lendemain
Le pil'on non loin de ma main 
Plus de ligne à prendre 
Juste un homme à pendre 

Perdu dans un autre univers 
Loin de la vie et de la terre 
Il s'en est allé , plus besoin de dose 
Mort pour un renouveau faute l'overdose

Franck Smallt dans Poésie.
- 1187 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.