PAPA

             
              Ta main calleuse sur ma joue

               me glace un peu bien malgré tout

               cette caresse

               de cette rudesse pleine de tendresse

               commence à naitre une tristesse

               une détresse

              je sens les ans sur ces crevasses

              papa j'ai froid du temps qui passe

              mon cœur éclate

              sur ce vent chaud bulle du temps

             reviennent en flashs bien des instants

              c'est le voyage

              bien installé sur tes genoux

             nous sommes tous deux bien loin de tout

              on se cajole

             pour des histoires pleines de mystères

             de lutins verts et de sorcières

             quelle ballade

             les ombres glissent du plafond

             filent des murs sur nos fronts

             on se dessine

             pour quelques bûches qui pétillent

             sur fond de flammes qui vacillent

             on se réveille

             comme ces adultes pas encore grands

             j'appuie mes pas sur ces instants

             pleins de tendresses

             les souvenirs aident à panser

             les cheveux blancs les airs fanés

             de ceux qu'on aiment

             le doux rappel de ces instants

             sera demain gravé surement

             dans ma mémoire

             quand moi aussi sur mes genoux

             je bercerai un petit bout..

             du temps qui passe…….

Aveudoux dans Poésie.
- 29 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.