Par-delà l'horizon

Par-delà l'horizon existe-t-il un havre
Où tous nos cœurs meurtris et nos vies, dans les affres
Des non-dits qui ont tant assourdi nos élans,
Se reposeront enfin en nous dévoilant ?

D’Alger à Tunis en quête du moindre souffle,
La mer verra-t-elle cette voile en panoufles ?
Qui surnage pour ton improbable retour
Auprès de tes enfants et ton très cher amour.

Mais qui aura pitié de ta vaine complainte ?
Savais-tu, au fond, que la fin était ma crainte ?
La douleur du monde ? Si bien sûr ! Mais ton cœur...
Devait encore battre et frémir. Ô ma sœur !

Omar de Lyon dans Poésie.
- 79 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.