Passades en palissandre

PASSADES EN PALISSANDRE


Austère le pater noster !
Vivant l’ave maria !
Alléluia dieu est avec moi !
Même si je ménage mes méninges
Je considère qu’il n’est pas vague est vain
De penser que cette présence réelle divine,
Hypothèse branlante qui comme Léo disait est dans mon froc
Si je prie et je porte dieu en moi dans mon frac en vrac
Je suis persuadé que marie ne fut pas sa mère, matricielle,
L’enfant-roi dieu sur un thème
N’aurait pas pu permettre une telle avanie !


Serpent de mère, perçant le père
Langue et le verbe  sont-ils forts que l’ironie ?
L’avanie est l‘avatars des femmes,
Le pardon leur est inconnu, elles n’oublient pas !
L’homme ne le peut : comme le bon nazi
Le bon nazi peut être le meilleur des hommes
Comme le meilleur des bourreaux ;
Cela malgré que le camp que l’on choisi.
Les bons et les méchants.
Le beau et le mauvais.

Fabien Rogier dans Poésie.
- 784 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.