Passez par le pré .

Prenez votre jupe 
Bleue, ou la bouffante ;
Et comme d'habitude ;
Passez par le pré ;
Passez  par le pré
Ce matin d'été .
Pour  ta robe  ,
Ou la robe longue ,
Ou la robe rouge .
Mais passez me voir ,
Même si le soir ,
Je vais vous revoir .
Prenez  la  chaussure ,
Blanche à basse tige  ,
Et la chemise  courte .
Mais passez me voir ;
Même si le soir  ,
Je vais vous revoir .
Quand , la  chevelure , 
Belle , qui , ondule  ,
Vous couvre , vous rampe ;
 ma chemise d'été 
Et mon bras agité ,
Diront , si  c'est moi .
Et tu seras moi ,
Et je serai  toi .
Passez par le pré , 
Passons dans le pré ,
Nos beaux jours d'été .
Prenez  votre jupe 
Bleue, la bouffante ,
Comme d'habitude .
Pourquoi tous ces yeux 
Regardent les cieux ?
Qu'est- ce que  tu veux ?
Cette  cicatrice ;
Guérie , mais profonde ,
Je l'ai  eu dans l'enfance ;
C'est la vie qui me
L'a donné , restez 
Près de moi ; restez .
Un temps , mais restez .
Que ma main  cueille ,
La fleur qui enchante ,
Doucement te donne .
Passez par le pré ,
Prenez la jupe 
Bleue , ou la bouffante 
La chaussure à tige
En chemise d'été ,
Tu me verra levé ,
Le bras  agité 
Avec  une magnifique 
Fleur dans ma main nue ;
Ta rose cueillie. 
 

Barrymoussa180 dans Poésie.
- 44 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.