Pensée vagabonde… (1)

                                                                                             
« La pensée » ... Vaste sujet... Il y aurait tant de choses à dire et surtout à penser.
Vagabonde, furtive, secrète, avouable ou non, bonne ou mauvaise, tantôt colombe inoffensive, ou oiseau de proie aux griffes acérées. Bien sûr, cette dernière n'est pas la nôtre, mais celle des autres...
(Voilà un sujet à aborder, « les autres »).

La pensée, sans cesse en mouvement, regarde, ou plutôt observe, sent, écoute, se fixe où elle veut, elle trie, s'attarde ici ou là, en fonction de sa sensibilité, dans tel ou tel domaine, mémorise, puis restitue un jour, ce qu'elle « pensait » avoir oublié.
De là, découle sa spécificité, son identité, la pensée propre à l'individu, selon ses goûts, ses préférences et ses passions.
Elle se tournera alors, vers le sentiment, la musique, la poésie, la douceur des chiffres qui s'alignent, dans une rigueur exemplaire, en colonne sur le papier, la science ou une attirance pour la pratique manuelle...Etc.
En un mot, elle fait son choix, sauf, dans le cas de ce que l'on pourrait appeler la « pensée réflexe », à la seconde où se produit un fait imprévu, qui emmène l'interrogation, puis l'analyse.

Finalement, la pensée, la réflexion, c'est notre vie. Elle constitue ses propres fichiers tout au long de notre existence.
Le présent qui prépare le futur, devient le passé et elle travaille en permanence aux trois différentes étapes.
La pensée s'arrête, lorsqu'il ne reste plus que le passé...
Alors elle devient celle des autres dans « le flot des souvenirs ».
Elle constituera, « l'héritage génétique », on peut faire souvent le lien, la similitude sur la façon de réagir, de restituer sa propre analyse avec nos parents, voire nos ancêtres...

Une chose est sûre, la pensé « émotivité réceptive, crée l'inspiration », alors profitons en... Il suffit de « Voir et Entendre » ce qui nous entoure...

                                                            
                                                    Ô ! Pensée vagabonde !... Amie fidèle...
                                                    Calme et sereine, ou furtive et rebelle,
                                                    Nostalgique, tu rôdes dans ton passé,
                                                    Ta jeunesse... Ses pages, tu ne peux effacer...
                                                   
                                                    Tu cours sur les chemins, de ton enfance,
                                                    Dont tu as conservé l'âme, l'insouciance,
                                                    De ci delà, tu penses... Puis tu te poses,
                                                    La réflexion propose... L'esprit dispose... 


                                                    Pensée profonde, dans le flot des souvenirs,
                                                    Ciel bleu, que des nuages viennent obscurcir,
                                                    Ou douce mélancolie, dans la nuit étoilée,
                                                    Soleil d'or qui s'étale, sur un champ de blé...

                                                    Souvent tu t'évades, chercher ta destinée,
                                                    Libérer ta vie, qu’elle détient enchaînée,
                                                    Voir l'autre côté, avant la finalité,
                                                    Et d'atteindre les portes, de l'éternité...

                                                   Et lorsque, tu regardes ta descendance,
                                                   Tu penses à la fin, de ton existence,
                                                   Le dernier mot, dernier regard, dernier geste,
                                                   Puis, le grand voyage... Harmonie céleste...

                                                   Retour au présent, dans tes rêves nocturnes,
                                                   Selon les caprices, d'un rayon de lune ;
                                                   La raison fait place, à l'imaginaire,
                                                   Papillon de nuit, à la vie éphémère...

                                                   Extravagance, fantaisie ou romance,
                                                   Quelques pensées, se croisent dans le silence,
                                                   Ténèbres propices, aux songes étranges,
                                                   Où absurde et naturel, se mélangent

                                                   Désirs, espoirs, sont l'ivresse de tes pensées,
                                                   Nuit de libertés et d'illusions insensées,
                                                   Volatiles, qui à l'aube s'évaporent,
                                                   Le bouquet de pensées, fane à l’aurore...

                                                   Les premières lueurs, soulignent l'horizon,
                                                   L'irréel s'efface, au profit de la raison ;
                                                   Le papillon se meurt, hors du voile sombre,
                                                   Le jour se lève et toi tu sors de l'ombre...

                                                  La nature a dormi, sous les étoiles,
                                                  La pensée fait sa balade matinale,
                                                  Comme une caresse, son regard se pose,
                                                  Parfum royal, sur le velours d'une rose...                            
                                 
                                                 Chaque brin de vie, est germe d'inspiration,
                                                 Un souffle de poésie, douce sensation,
                                                 Impalpable beauté, d'un monde oublié.
                                                 À peine voilée, d'une brume ensoleillée...

                                                Les couleurs d'automne, brillent sous la rosée,
                                                Sans le savoir, tu commences à poétiser :
                                                Le soleil scintille, à travers le feuillage,
                                                Les ombres prennent vie, dans le paysage...

                                               Des hirondelles font un ballet, dans le ciel,
                                               Semblent vouloir se poser, sur un arc-en-ciel,
                                               Il retient la terre, accrochée aux nuages,
                                               Ces balles de coton, qui forment des images...

                                              Ta pensée dérive, dans l'imagination,
                                              Réceptive, tu vibres à toute incitation :
                                              Échos, senteurs, tout t'absorbe et te capture,
                                              Dans la conscience, de ta « Mère Nature » ...                                              

                                             Tu voudrais savoir... Que sera ton avenir ?...
                                             Remonter sa source, d'où peut-elle jaillir
                                             Belle ou non, ta destinée reste voilée,
                                             Mais ne plus rêver, pourrait-il te consoler ?...

                                             Les hirondelles, ont cessé leur ballet,
                                             Destination le sud, les voici rassemblées ;
                                             On entend passer au loin, les oies sauvages,
                                             Sans les voir, très haut au-dessus des nuages...

                                             Curieux destin... « Le Malin », nous laisse le choix,
                                             Le suivre aveuglément... On se trompe parfois,
                                             Ou l'attendre... Au détriment de la pensée,
                                             Notre temps est compté, mais lui n'est pas pressé...

                                            Goutte à goutte, le temps s'écoule vers demain,
                                            Sans lui, passé et présent seraient orphelins ;
                                            Plus de promesses du lendemain, point d'avenir,
                                            Qui ne sait faire rien d'autre, que revenir...

                                            Ô ! Pensée vagabonde !... Bonne ou mauvaise,
                                            Je te soupçonne, d'en prendre à ton aise,
                                            De semer à ta guise, « bonheur ou malheur »,
                                            Et de mener le monde, selon ton humeur...

                                            Furtive... Es-tu dans l'antre de notre âme ?
                                            Dont secrètement, tu entretiens la flamme ;
                                            Parfois je t'imagine, colombe blanche,  
                                            Qui brusquement s'envole, quitte sa branche,
                                            Alors...Enfin, tu peux t'arrêter de penser,
                                            Le flot des souvenirs, à jamais s'effacer,
                                            Indifférent, le temps continue à passer...

Noel Turo dans Poésie.
- 193 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.