Persona non grata

 
 
Persona non grata
 
 
 
Dis en à ne pas parler
Disant le silence des pourparlers
Médisance des mots que je me suis caché
Dix années d'existence à ne pas être.
Dis lui que tu n'est pas bien :
L'authenticité du falsificateur,
Epistémologie de la métaphysique
Science de l'impossibilité d'être
Parler, écrire ne sont que de "veines" tentatives,
En effet, il n'y a aucune expectative;
Expectorer sa bile noire,
Nostalgie mélancolique
D'un bien être bucolique
Bien illusoire.
Elision d'illusion
Fausses alizés  placées sur champs élyséens,
Qui n'ont menée à rien
Néant, nihil, sans profil
J'en pers mon fil,
Plus de discours, renonces à la parole,
Ainsi qu'à la parabole,
Mystification hyperbolique
D'une santé à la dure éthique.
"plus-rien-à dire"
Sustentation de l'ostentatoire,
Je pleure des larmes sans eau
Mon corps n'a plus d'os
Mon coeur est sans cerveau
Et celui-ci est sans esprit :
Il est absent depuis que je suis parti, ailleurs.
 
Loin des railleurs,
Déraillé je le suis,
Sans voie tracées,
Sans voix proférées
Le sens s'est délité, depuis qu'en ?
Rien ne cesse et n'a cessé ni ne cessera.
 
Barres –toi ! Casses –toi ! Tues – toi ! Non tais –toi !
C'est la meilleure de mort, et c'est certainement le meilleur des mots.
 
Le silence pictural et scriptural,
A l'origine du sanskrit, le monde,
La "begrieffschrift", le dasein, la peinture du banal.
Les couleurs du monde,
Pour bien masquer l'hypocrisie sociétale
L humanité immonde,
Et son inanité absconde.
Incongruité du tragique,
Le vide sidéral,
Ethérée fut un temps,
"Athée errant" en notre présent
A Téhéran demain en y pensant
Atterrant dés maintenant.
C'est l'éther à mon conscient.
 
Ethique et éthicité,
Ethnicité et technicité,
Cela ne nous défini que comme être vivant,
Tel un gosse de trois ans,
Je tiens le monde en ma main
Et elle me possède, en son pouvoir
Elle seule me caresse, et me permet de croire
Qu'en ayant un corps, un visage, un sexe je suis différent de la bête.
Par ceux que je peux croire,
J'ai un cerveau
Qui aurait la divine aptitude
D'allier dextérité et extériorité,
Le conatif et le cognitif de là m'ont fait adhérer au mythe de l'intériorité
 
Je nous "emmerde" et je m'ennuie de ce monde auquel je n'appartiens pas.
Je me rêves en "je", comme le moi est universel abstrait,
Je n'existe pas ! ergo sum !
 
Persona non grata…..
 
 
Le 8 /11/2008

Fabien Rogier dans Poésie.
- 886 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.