Personne ne viendra ce soir

 
Le soir est présent tout est vide
Seul mon chien dans son coin dort
Il va être minuit  pour les dehors
Car j'ai perdu toute  juste limite
Dans ma solitude si limpide
 
Ce soir personne ne viendra
Alors je ne rêve plus demain
Je me doute n'être que vilain
Qui attend le dernier chagrin
Déposé sur un dernier matin
 
Les jours ne comptent plus
Les murs de la rue fondent
Sur les traces  de la ronde
De mes yeux qui ne grondent
Mais laissent disparaitre un monde
Au profit d'une  solitude ténue
 
J'oublie la vie du dehors
Je me laisse endormir
Sur la glace de l'avenir
Qui emprisonne  mes désirs
Et se fondra ma vie solitaire
Dans la rivière de l'oubli
Qui  m'emportera sans remord
 
Je me laisse me débattre
Sûr! Personne ne viendra
Je regarde les murs blancs
Dernière illusions  avant
Que mes yeux mendiants
Ne puissent rêver autrement
Voile blanc j'attend la charrue
 
 
Plus de bruit en ma couche
Minuit se tourne vers le passé
Un nouvel an s'approche  léger
Pour ne pas, mon  moral effrayer
Je le laisse aller résigné
Pour vrai,  l'an  jene le reconnais
Mes pieds nus ne l'ont pas traversé
Resté au fond d'un lit désole
A tout jamais,  ne plus rien envisager
Quand plus personne ne viendra
Visiter le sage de mon moi
☼ŦC

modepoete dans Poésie.
- 1150 lectures

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.