La solitude comme unique sensation

Éloignée de toute réalité,
Je me morfond dans une âme déracinée,
La solitude comme unique sensation
Peut-elle purger des passions?
Le fatalisme comme point de départ
Laisse t-il une place à l'espoir?
Tout est mis en attente,
Jusqu'à ce que j'appuie sur la détente.
Plutôt qu'une souffrance,
Une immense délivrance.
J'pourrais plus rien ressentir,
Tout le monde me laissera pourrir !

poetessedu80 dans Poésie.
- 1854 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.