Pour ma Nikita

J’aimerais, comme avant, faire des tours en voiture
Mais pour monter, hélas, c’est toute une aventure
Mes jours sont ils comptés, j’ai déjà quatorze ans?
Chaque nouveau matin affaibli mes élans

J’ai été très heureuse, il faut le reconnaître
De sentir tant d’amour dans le cœur de mon maître
Je sais qu’il va pleurer lorsque je vais mourir
Mais je souffre beaucoup il est temps de partir

C’est vrai qu’il m’aide bien en soulevant mes fesses
Mais c’est un peu vexant de montrer ses faiblesses    
Des boules un peu partout, un peu comme au printemps,
Bourgeonnent sur mon corps, fatigué par le temps

Si je pouvais parler je dirais à mes maîtres
De m’enterrer près d’eux tout près de leurs fenêtres
Entre roses et lilas où j’aimais m’allonger  
Car je pourrai ainsi, toujours les protéger

chavigner dans Poésie.
- 840 lectures - mention j'aime

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus.